Pharmaco-dépendance

La pharmacodépendance c’est le fait de développer une dépendance ou addiction à un ou des médicaments. Certains médicaments même prescrits peuvent entrainer à terme une dépendance. Il est très important de ne pas s’auto-médiquer et de respecter les recommandations d’utilisation.

Certains traitements doivent se prendre au long court mais d’autres ne doivent pas être pris trop longtemps au risque d’engendrer une accoutumance puis une réelle dépendance.

Ces médicaments sont le plus souvent des Benzodiazépines (Lexomil, Temesta, Seresta, Xanax, ..) qui sont anxiolytiques de courte durée d’action, ou des Opiacés (codéine, morphiniques, Tramadol…) qui sont des antalgiques.

Il faut toujours prendre l’avis de son médecin au sujet de ce risque, éventuellement d’un addictologue si un avis spécialisé est nécessaire.

4 commentaires sur “Pharmaco-dépendance”

  1. Effectivement, je rejoins votre constatation: la pharmacodépendance est bien réelle lors de la prise à moyen et long terme de benzodiazépines. J’ajouterais que cette dépendance à des médicaments existent aussi pour les autres catégories de molécules utilisées en psychiatrie, notamment les antidépresseurs et les neuroleptiques.

    1. Pour info, les anti-dépresseurs n’entrainent pas de dépendance comme les benzodiazépines. C’est une idée reçue qui a encore la vie dure, la population générale fait souvent l’amalgame entre anxiolytiques tels que les benzodiazépines avec les anti-dépresseurs ou encore les neuroleptiques qui n’ont rien à voir. Je vous conseille les sites des CEIP-A (Centre d’Addictovigilance) de chaque région dont la mission est de répertorier tous les médicaments à risques potentiellement addictogènes.
      Bien à vous et merci pour votre intérêt.

      Dr Cutarella

  2. Je vous invite aussi a lire le manuel de sevrage ecrit par carole advices. Il est instructif sur le sujet. Le site psychotropes.info egalement.
    Bien cordialement.

    1. Un témoignage de patient peut en effet être intéressant. Le protocole que nous utilisons avec mon équipe a été réalisé suite à des études indépendantes en collaboration avec le CEIP-A de Marseille et avec l’expérience clinique de nombreux praticiens.
      La molécule utilisée est le PRAZEPAM. Le but est de réduire progressivement la posologie quotidienne de benzo selon un protocole mais surtout avec l’analyse régulière des symptômes de manque physiques et psychiques.N’oublions pas qu’une addiction n’arrive jamais par hasard et que le travail consistera à traiter la cause originelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.